publicité

Pas d'avancée dans les négociations du PSE au groupe Centre France

Les salariés des différents titres du groupe de presse Centre France manifestaient ce jeudi 23 janvier devant le siège du groupe à Clermont-Ferrand pour dénoncer le plan social mis en oeuvre par leur direction. Ils sont repartis sans obtenir aucune avancée.

  • France 3 Auvergne
  • Publié le 23/01/2014 | 17:48, mis à jour le 23/01/2014 | 18:54
cfrance2.jpg
Ils étaient près de 150, salariés des différentes filiales du groupe. Les plus nombreux, les salariés de la République du Centre d’Orléans, en grève depuis vendredi 17 janvier car leur titre est le plus touché avec 60 suppressions de poste sur le site de Sarran dans le Loiret. A leurs côtés les salariés des autres titres, l’Echo Républicain, le Populaire du Centre,le Journal du Centre, l’Eveil de Haute-Loire ou encore l’Yonne Républicaine, également touchés par le plan social  qui prévoit 230 suppressions de postes sur les 2200 existants. « Nous sommes là car nous voulons demander que le nombre des licenciements soit revu à la baisse et que les gens partent dans des conditions décentes » expliquait une salariée de la République du Centre.

Pour les accueillir devant le siège du groupe, rue du Clos-Four, un rideau de fer baissé devant l’entrée du siège, et dans la rue plusieurs cars de CRS. « Nous voulions protéger l’outil de travail et les salariés, ce qui explique la présence de gendarmes mobiles et de policiers » justifie Michel Habouzit, directeur général du groupe Centre France-La Montagne.

« Nos collègues viennent défendre leurs emplois, ce ne sont pas des casseurs mais ils sont traités comme tels, cela ne va pas améliorer le climat social dans cette entreprise ni dans ce groupe », s’indignait Yves Le Faou, du SNJ.

Une délégation de 17 représentants des syndicats de tous les titres concernés par le plan social était reçue en début d’après-midi par la direction, avec l’objectif de demander une prime supra-légale de 63 000 €. Les discussions ne donneront rien, les représentants des salariés sortent déçus : « la direction veut rester sur des indemnités légales ». Et Michel Habouzit d’expliquer que la direction « va réfléchir, mais qu’elle n’a pas les moyens de payer cette prime ». L'intersyndicale du groupe (CFDT, CGT, FO, SNJ) dénonce l’absence de négociation , « la direction discute sur la forme légale du plan social mais ne lâche rien sur le fonds. Il n’y a donc pas pour nous de négociation » poursuit Yves Le Faou, du SNJ.

Il reste encore quelques jours de négociations dans le cadre du plan de sauvegarde de l’emploi mis en place par le groupe Centre France.

Les salariés de Centre France mobilisés
Reportage Laurent Pelletier et Arthur John. Intervenants : Yves le Faou, Délégué SNJ; Carole Tribout, Trésorière CE CFDT ; Franck Bellanger, Infographiste République du Centre ; Michel Habouzit, Directeur général Groupe Centre France La Montagne

 

les + lus

les + partagés