publicité

Un station hertzienne militaire du Puy-de-Dôme au coeur d'un désaccord entre Wikipédia et la DCRI (Mise à jour)

Le renseignement intérieur français a demandé à Wikipédia de retirer un article présentant une installation militaire située dans le Puy-de-Dôme. Après le refus de la fondation, un de ses administrateurs a finalement supprimé la page, Wikimédia France dénonce "des menaces et intimidations".

  • Par Stéphane Moccozet
  • Publié le 06/04/2013 | 16:03, mis à jour le 07/04/2013 | 11:10

Agrandir le plan
C'est la page la plus consultée sur Wikipédia durant les dernières 24 heures, loin devant celles consacrées à Kim Jong-Un ou Jérôme Cahuzac. Et pour cause, elle est au cœur d'une affaire entre la DCRI, la Direction Centrale du Renseignement Intérieur, et Wikimédia France.

Il y a quelques semaines, les services du renseignement français aurait contacté l'organisation qui assure la promotion de l'encyclopédie en ligne sur le territoire français pour lui demander le retrait d'un article relatif à une station hertzienne militaire. Selon Christophe Henner, responsable Presse chez Wikimédia France, la DCRI leur a expliqué, début mars, que les informations relatives à cette installation militaire située sur la commune de Job dans le Puy-de-Dôme portaient atteinte au secret de la défense nationale. Mais la requête n'étant pas juridiquement motivée, Wikimédia France a refusé de donner suite.

Convoqué par la DCRI, il supprime l'article

"Nous pouvons supprimer un article, explique Christophe Henner, mais il faut que la demande soit encadrée juridiquement". Le 4 avril, un des membres du conseil d'administration de Wikimédia France a été invité à rencontrer les agents de la DCRI, "il pensait leur faire une présentation du fonctionnement de Wikipédia, continue Christophe Henner, mais très vite ils lui ont demandé de retirer l'article, le menaçant de garde-à-vue".

L'administrateur s'est exécuté et a supprimé la page avant de pouvoir repartir. En France, 150 personnes environs ont la possibilité technique de retirer des articles sur Wikipédia, "ce que nous avons fait à plusieurs reprises par le passé, ajoute Christophe Henner, mais à chaque fois, la demande avait été faite dans un cadre juridique". Wikimédia France regrette la manière dont la DCRI s'est comporté avec un de ses bénévoles, estimant que "l'intimidation et la menace dont il a fait l'objet n'étaient pas nécessaires".

L'effet boomerang

Quelques heures après la suppression de l'article, celui-ci a été remis en ligne depuis la Suisse. C'est ce qui arrive souvent quand une page est supprimée sans justification. L'histoire aurait pu s'arrêter là mais, sur Internet, la moindre tentative de censure peut très vite se retourner contre les intentions de son auteur. Ainsi, si le renseignement français ne voulait pas que des informations sur l'installation militaire auvergnate circulent, c'est raté. Depuis 24 heures, l'article restauré est le plus consulté sur wikipédia.fr. On appelle cela l'effet Streisand, une information fait un buzz après avoir été l'objet d'une tentative de retrait ou de censure.

Créé en 2009, cette article sur la Station hertzienne militaire de Pierre-sur-Haute n'était, jusque là, qu'une page parmi d'autres, "consultée une dizaine de fois par jour" d'après Christophe Henner. Depuis le 4 avril, elle a reçu plus de visites qu'au cours des quatre années précédentes. Et, comble du succès, elle a même été traduite en anglais !

Mise à jour

Le ministère de l'Intérieur a contesté dans la soirée de samedi auprès de l'AFP toute "menace". "Dans un état de droit, on ne peut pas assimiler à une menace l'engagement d'une procédure judiciaire" engagée sur un "passage qui pose problème à la sécurité nationale", relève-t-on place Beauvau.
 
"Le 30 mars, nous avons découvert que la DCRI (...) avait contacté un bénévole (...) qui réside en France", selon la Fondation Wikimédia France. Elle a "insisté" pour qu'il utilise ses "droits administratifs pour supprimer immédiatement l'article". "Sous la menace, il a supprimé l'article", raconte la Fondation.
           
Selon la version de l'Intérieur, "à la demande du parquet, sous le contrôle de l'autorité judiciaire" cette personne, après un refus initial de retirer l'article, "a été mise en garde contre le risque d'engagement de poursuites judiciaires" dont elle pourrait être l'objet "en tant que responsable juridique de Wikipedia France".
 



A lire également

les + lus

les + partagés